Tunisie – Et la Libye ?.. Monsieur le chef du gouvernement !‎

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh a annoncĂ©, ce vendredi soir, le passage Ă  la phase trois de la riposte Ă  l'Ă©pidĂ©mie du coronavirus. Ce passage implique la prise de plusieurs dĂ©ci…

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh a annoncé, ce vendredi soir, le passage à la phase trois de la riposte à l’épidémie du coronavirus. Ce passage implique la prise de plusieurs décisions, et la mise en place de nombreuses restrictions.

Parmi les dispositions prises par la Tunisie, Fakhfakh a détaillé la maîtrise des frontières du pays, pour essayer de freiner un tant soit peu l’importation de nouveaux cas de maladie, en Tunisie.

Fakhfakh a parlé de la suspension de tout trafic maritime avec le reste du monde, et des restrictions plus ou moins importantes sur les liaisons aériennes avec nombre de pays.

Mais ce que Fakhfakh a omis de dire, ou, peut-être lui a-t-on conseillé d’éviter le sujet, c’est d’éventuelles dispositions prises à l’égard des échanges et des transferts de personnes entre la Tunisie et sa voisine, la Libye.

La Libye demeure, en effet, une zone à très haut risque, à cause de l’absence de l’Etat, et à cause de la destruction quasi-totale de l’infrastructure sanitaire. En Libye, il semble qu’il n’y ait pas de tests virologiques, ni de stratégie de prévention, à proprement parler, car personne, au monde, n’en a entendu parler.

Toujours est-il que, devant le doute, et le flou qui qualifie la situation en Libye, le chef du gouvernement aurait, certainement, du annoncer des décisions par rapport aux frontières avec ce pays. Et, sinon, il ferait bien de les prendre le plus rapidement possible, pour éviter plus de perte de temps, et de courir des risques évitables !

 

Categories
Source
tunisienumerique

Articles similaires

Back to top button
Close
Close