Sit-in de protestation: Les agriculteurs appellent à protéger la récolte d'olives‎

&qout; Notre sĂ©curitĂ© alimentaire, c’est notre souverainetĂ© &qout;, &qout; Non Ă  la marginalisation de l’agriculture &qout;, &qout;L’agriculture, ou est la discrimination positive ?&qout;, tels sont l…

” Notre sĂ©curitĂ© alimentaire, c’est notre souverainetĂ© “, ” Non Ă  la marginalisation de l’agriculture “, “L’agriculture, ou est la discrimination positive ?”, tels sont les principaux slogans scandĂ©s par des agriculteurs tunisiens qui ont observĂ©, mercredi, un sit-in devant le siège du ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la PĂŞche.

L’objectif de ce sit-in est de protester contre les difficultĂ©s rencontrĂ©es par la filière olĂ©icole et surtout la baisse des prix de vente sur le marchĂ© local qui constituent “un appui aux spĂ©culateurs au dĂ©triment des sacrifices consentis par les agriculteurs”, selon l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pĂŞche (UTAP).

Les agriculteurs appellent Ă  la dĂ©mission du ministre de l’Agriculture, Samir Taieb, l’accusant “de corruption et de menacer la rĂ©colte d’olives en baissant les prix sans tenir compte des coĂ»ts de production”.

Ils ont, en outre, critiquĂ© “le laxisme des autoritĂ©s face aux revendications des olĂ©iculteurs” et contestĂ© la dĂ©gringolade du prix de l’huile d’olive qui a atteint dans certaines rĂ©gions les 3,5 dinars le litre, un prix moins cher que celui de l’huile vĂ©gĂ©tale.

Sur un ton abattu et triste, un agriculteur de Sidi Bouzid a appelĂ© Ă  protĂ©ger la rĂ©colte d’huile d’olive afin de prĂ©server la sĂ©curitĂ© alimentaire de la Tunisie “qui ne doit pas rester dĂ©pendante des marchĂ©s europĂ©ens”.

Un nombre d’agriculteurs ont également appelé l’Etat à intervenir pour chercher de nouveaux marchés qui pourront absorber le surplus de production d’huile d’olive.

Pour NĂ©jib Fatnassi, membre du bureau exĂ©cutif de l’UTAP, c’est le ministre de l’agriculture qui a fixĂ© le prix de l’huile d’olive. “Ce prix ne couvre mĂŞme pas le coĂ»t de production”, a indiquĂ© le responsable estimant que 7,500 dinars le litre est un prix raisonnable pour toutes les parties.

Le responsable a, dans ce cadre, appelé l’office de l’huile à fixer un prix de référence afin de préserver les droits es agriculteurs et de l’Etat.

L’Office national de l’Huile s’est engagĂ©, quant Ă  lui, Ă  poursuivre ses achats d’huile d’olive auprès des olĂ©iculteurs et des propriĂ©taires des huileries pour absorber l’excĂ©dent de production.

Cet engagement intervient après la dĂ©cision de l’Etat, Ă  l’occasion du Conseil ministĂ©riel restreint, tenu le 20 dĂ©cembre 2019, d’accorder sa garantie pour un financement supplĂ©mentaire Ă  hauteur de 100 millions de dinars, destinĂ© aux achats de l’ONH.

La saison actuelle de l’huile d’olive s’annonce excellente en Tunisie. La production nationale devrait plus que doubler. Selon les prĂ©visions, elle sera portĂ©e Ă  350 mille tonnes, cette saison 2019-2020 contre seulement 140 mille tonnes la saison Ă©coulĂ©e 2018-2019.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close