Propositions de l'ITES pour réussir un confinement ciblé et satisfaire les besoins de consommation des ménages tunisiens‎

Si le confinement ciblĂ© perdure, il est nĂ©cessaire de suivre de près les changements de la demande au niveau du marchĂ© durant la pĂ©riode Ă  venir afin de prendre les dĂ©cisions appropriĂ©es avec l’…

Si le confinement ciblĂ© perdure, il est nĂ©cessaire de suivre de près les changements de la demande au niveau du marchĂ© durant la pĂ©riode Ă  venir afin de prendre les dĂ©cisions appropriĂ©es avec l’ensemble des intervenants dans tous les secteurs et Ă©viter les distorsions entre l’offre et la demande, recommande une Ă©tude prospective de l’ITES ” La Tunisie face au Covid-19 Ă  l’horizon 2025 : fondements d’une stratĂ©gie conciliant l’urgence du court terme et les impĂ©ratifs du moyen terme “, rendue publique, vendredi, 22 mai 2020.

Dans un premier temps, l’Ă©tude propose d’Ă©tudier les tendances de consommation par produit et de tenter d’expliquer les facteurs socio-Ă©conomiques dĂ©terminants de cette Ă©volution, notamment les variations des prix des produits, les difficultĂ©s d’approvisionnement du marchĂ©, le ralentissement d’activitĂ© des secteurs agricoles et de pĂŞche, la baisse du pouvoir d’achat d’une catĂ©gorie de la population ainsi que le rĂ©gime des subventions adoptĂ©s en Tunisie.

Subventionner la consommation de l’huile d’olive

” Ne serait-il pas nĂ©cessaire dans ce contexte que les pouvoirs publics Ă©tendent les subventions Ă  d’autres produits telle que l’huile d’olive connue pour ses vertus alimentaires et fortement recommandĂ©e pour la santĂ© nutritionnelle partout dans le monde. Cette subvention pourrait ĂŞtre prĂ©levĂ©e sur une taxation Ă  instaurer sur les autres huiles vĂ©gĂ©tales”, lit-on dans le document.

En effet, ces politiques sociales, envisagĂ©es depuis l’indĂ©pendance, avaient pour objectif principal la protection du pouvoir d’achat des consommateurs, ont traditionnellement concernĂ© des produits considĂ©rĂ©s de base tels que les cĂ©rĂ©ales, le sucre, l’huile vĂ©gĂ©tale et le thĂ© et ont encouragĂ© plutĂ´t la consommation de fĂ©culents, de glucides et de lipides qui ne sont pas bĂ©nĂ©fiques pour la santĂ© humaine selon les nutritionnistes.

Or, cette tendance n’est pas en accord avec les objectifs de la sĂ©curitĂ© alimentaire dĂ©finis par la FAO et est Ă  l’origine de la propagation des maladies chroniques associĂ©es Ă  l’alimentation riche en gras et en sucres, selon l’Ă©tude de l’ITES.

Réintroduction de la diète méditerranéenne dans les habitudes alimentaires
En Tunisie, l’obĂ©sitĂ© a touchĂ© près d’un quart de la population (23,8 %), soit le double de la moyenne mondiale de 11,7. Les maladies cardiovasculaires 10% et le diabète type II 14 % entraĂ®nant des charges importantes au niveau de la caisse nationale d’assurances maladies.

De ce fait, la diète mĂ©diterranĂ©enne, basĂ©e essentiellement sur les fruits et lĂ©gumes et l’huile d’olive pourrait ĂŞtre rĂ©introduite dans les habitudes alimentaires des consommateurs tunisiens en vue de leur assurer un système de consommation durable et de qualitĂ©.

Le ministère de la santĂ© publique et l’institut de nutrition auraient un rĂ´le important afin d’inciter et de sensibiliser Ă  la consommation d’un panier alimentaire plus diversifiĂ© et dĂ©courager la consommation d’aliments hautement Ă©nergĂ©tiques mais nuisibles pour la santĂ© humaine.

Révision de la politique de libéralisation des prix des fruits et légumes et les poissons

Il serait utile de rĂ©viser la politique de libĂ©ralisation des prix pratiquĂ©e de nos jours et envisager une fixation des prix des fruits et lĂ©gumes et des poissons, pour encourager leur consommation, tout en garantissant une marge convenable pour les producteurs qui veille Ă  l’adĂ©quation entre le pouvoir d’achat du consommateur et la rentabilitĂ© dans les exploitations agricoles

Ceci contribuera Ă  l’homogĂ©nĂ©isation des prix dans les diffĂ©rents points de vente et assurera plus de transparence pour les consommateurs qui ont tendance jusque-lĂ  Ă  se diriger vers les produits subventionnĂ©s compte tenu de leurs prix fixĂ©s et visibles.

Ainsi, des campagnes de sensibilisation pour encourager la consommation des dĂ©rivĂ©s du blĂ© dur, les lĂ©gumineuses et les poissons bleus dont les prix restent accessibles, seraient bĂ©nĂ©fiques pour prĂ©server la santĂ© du consommateur en l’incitant Ă  les intĂ©grer davantage dans ses habitudes alimentaires.

D’autre part, sachant que le poulet est une viande blanche recommandĂ©e par les nutritionnistes, il serait judicieux de promouvoir davantage la production de viandes de volailles en abaissant les prix en vue de permettre un Ă©coulement rapide des stocks et d’allĂ©ger les unitĂ©s de stockage et d’Ă©viter la pĂ©remption des quantitĂ©s congelĂ©es au cas oĂą le confinement ciblĂ© se prolongerait et oĂą la consommation ne reprendrait pas son rythme normal.

Promouvoir le commerce de proximité et le e-commerce des produits agricoles et agroalimentaires

Face Ă  un prolongement de cette crise, l’enjeu important pour l’avenir serait de garantir une meilleure transparence des rĂ©seaux de distribution, en encouragement des producteurs Ă  vendre leurs produits dans les marchĂ©s de gros par le biais de subvention du transport et la fixation des prix pour contrecarrer les circuits parallèles.

Parmi les autres mesures, prĂ©conisĂ©es par l’Ă©tude, le paiement des producteurs Ă  la livraison de la marchandise et la diminution des intermĂ©diaires permettant de rĂ©duire significativement les prix d’achat par les consommateurs.

UltĂ©rieurement, il serait judicieux de penser Ă  rĂ©duire les circuits de distribution et favoriser l’achat direct et coopĂ©ratif, Ă  travers la crĂ©ation d’un rĂ©seau de boutiques mobiles uni produits pour les produits frais et la promotion de la consommation des produits locaux Ă  travers le e-commerce…

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close