Projet loi de Finances 2020 : Le développement régional domine le débat sur le budget 2020‎

Les revendications d’un dĂ©veloppement rĂ©gional, ont dominĂ© le dĂ©bat sur le projet de budget 2020, lors de la plĂ©nière tenue dimanche Ă  l’ARP, Ă  cette fin, en l’absence du Chef du Gouvernement de…

Les revendications d’un dĂ©veloppement rĂ©gional, ont dominĂ© le dĂ©bat sur le projet de budget 2020, lors de la plĂ©nière tenue dimanche Ă  l’ARP, Ă  cette fin, en l’absence du Chef du Gouvernement de gestion des affaires courantes, Youssef Chahed et la poursuite du sit-in du parti destourien libre (PDL).

Plusieurs députés ont évoqué les questions relatives à la lutte contre l’évasion fiscale et la promulgation d’une loi de lutte contre la corruption.

Le dĂ©putĂ© Kamel El Habib Fraj (groupe dĂ©mocratique) a appelĂ© Ă  la construction d’un hĂ´pital universitaire Ă  Gabès, alors que la dĂ©putĂ©e Emna Ben Hmid (groupe du mouvement Ennahdha) a Ă©voquĂ© le dossier de l’appui, Ă  la SociĂ©tĂ© tunisienne de sidĂ©rurgie ” EL FOULADH ”

Pour sa part, le député Belgacem Ben Hassen (groupe du mouvement Ennahdha) a mis l’accent sur la nécessité de soutenir le conseil régional de Kébili et le député Mohamed Ammar (groupe démocratique) a appelé à prendre des mesures en faveur des Tunisiens résidents à l’étranger.

Les députés critiquent la loi des finances 2020

Des dĂ©putĂ©s ont accusĂ© le ministre des Finances, Ridha Chalghoum avoir prĂ©parĂ© un budget “faible” et “vide”, qui va accoĂ®tre la pression fiscale et l’évasion fiscale.

La députée Hlima Hammami (groupe de la coalition de la dignité: El Karama ), a considéré que le ministre des Finances a augmenté la fiscalité directe qui vise les catégories pauvres et que la TVA a eu un impact sur plusieurs secteurs, tels que le logement et la santé.

De son côté, Sahbi Atig (groupe du mouvement Ennahdha) a appelé à l’élargissement de la base fiscale et l’abaissement de ses taux.

Hayet El Amri (groupe du mouvement Ennahdha) a appelé à réviser les dépenses de gestion et à augmenter les dépenses de développement.

Le dĂ©putĂ© Mohamed Ammar (groupe dĂ©mocratique) a affirmĂ© que la loi des finances 2020, consacre une dĂ©pendance vis-Ă -vis des bailleurs de fonds et ne prĂ©voit pas d’incitations Ă  l’investissement.

Dans son intervention, le dĂ©putĂ© Imed Ouled Jibril (groupe “cĹ“ur de la Tunisie”: Qalb Tounes) a critiquĂ© l’absence du Chef du gouvernement de la discussion du budget 2020.

Pour sa part, le député Ezzedine Ferjani (groupe de la coalition de la dignité), a affirmé la nécessité d’en finir avec les prélèvements obligatoires des salaires au titre des contributions sociales.

Le dĂ©putĂ© Omar Barkouki (groupe parlementaire l’avenir) a considĂ©rĂ© que la loi des finances 2020 poursuit une politique d’échec et ne rĂ©pond pas aux revendications populaires.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close