Programme des Journées cinématographiques d’El Hamma 2020‎

La troisième Ă©dition des JournĂ©es cinĂ©matographiques d’El Hamma (JCH), qui se tiendra du 2 au 5 fĂ©vrier 2020, propose une sĂ©lection de 30 films de fiction et documentaires dans la CompĂ©tition internat…

La troisième édition des Journées cinématographiques d’El Hamma (JCH), qui se tiendra du 2 au 5 février 2020, propose une sélection de 30 films de fiction et documentaires dans la Compétition internationale dédiée au court métrage.

Le line-up de cette Ă©dition 2020 a Ă©tĂ© dĂ©voilĂ©, jeudi, au cours d’une confĂ©rence de presse tenue Ă  la CitĂ© de la culture, en prĂ©sence de Mortatha Ghannouchi et Mohamed Ali Ben Jomaa, respectivement directeur artistique et parrain des JCH.

Le festival propose 47 films dans la Compétition internationale et hors compétition, sachant que les projections auront lieux sur 21 espaces différents. Les films sélectionnés sont issus de 12 pays (Algérie, Egypte, Canada, Congo, Irak, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie, Togo et Tunisie).

Un jury international décernera le palmarès des Journées qui prévoit l’attribution de trois prix aux meilleures œuvres dans la course (El-Barrada d’or, d’argent et de bronze).

Le jury de cette édition est composé de Mohamed Salama (réalisateur égyptien), Sarra Houidi (réalisatrice tunisienne), Jamal Sassi (comédien et réalisateur tunisien), Siraj Huwaidi (auteur, romancier et scénariste libyen) et Houda Amri (journaliste).

La projection des films en compĂ©tition aura lieu au Centre culturel Taher Haddad. Les autres projections et le programme artistique seront rĂ©partis entre le complexe multidisciplinaire qui abritera la cĂ©rĂ©monie d’ouverture, l’Institut SupĂ©rieur des arts et des mĂ©tiers (ISAM) de Gabès, les maisons des jeunes, les espaces public et autres lieux de la ville.

La cĂ©rĂ©monie d’ouverture qui sera animĂ©e par l’artiste Zied Zouari, aura lieu au Centre multidisciplinaire d’El Hamma. Elle sera marquĂ©e par la prĂ©sence du jury, des rĂ©alisateurs ainsi que des formateurs dans les divers ateliers au menu des JournĂ©es. Un hommage sera Ă©galement rendu Ă  l’acteur Noureddine Ayed qui est originaire d’El Hamma.

La cĂ©rĂ©monie de clĂ´ture qu’abritera le Centre Eddar sera marquĂ©e par l’annonce du palmarès et la remise des prix aux laurĂ©ats.

La compĂ©tition Internationale, dĂ©diĂ©e aux courts mĂ©trages, propose une sĂ©lection de 16 fictions, 8 documentaires, 3 films expĂ©rimentaux et 3 films d’animation qui est un genre particulièrement peu explorĂ© cinĂ©ma tunisien comme dans la plupart des pays du Sud. L’Egypte aura la part du lion avec 11 films en CompĂ©tition alors que le Canada, seul pays dans la course en dehors de la rĂ©gion arabe et africaine, est reprĂ©sentĂ© par “The Red Moon”, film de fiction de la rĂ©alisatrice d’origine tunisienne Azza Baaziz.

La Tunisie est reprĂ©sentĂ©e par 5 oeuvres dont 3 fictions. Il s’agit des films ” Line Thin ” de Fawzi Djemal, “Houria” de Oussama Azzi et ” First turn the Left ” de Wajdi Jhimi, en plus d’un documentaire, ” Elles ” de Anis Absi. Le cinĂ©ma tunisien est Ă©galement prĂ©sent par un film expĂ©rimental, “Kosmos” de Mohamed Zied Ben Chaabane, et 2 films d’Animation, “Once Upon a time ” de Zouhaier Mahjoub, et “Dajjal” de Karim Berrhouma.

La section hors compĂ©tition propose 17 films de divers pays dont trois longs mĂ©trages tunisiens. Il s’agit de 2 fictions primĂ©es aux JournĂ©es cinĂ©matographiques de Carthage (JCC) 2019, “Un fils” du Tunisien Mehdi Barsaoui (mention SpĂ©ciale, CompĂ©tition Première Ouvre) et “Tu mourras Ă  20 ans” du Soudanais Amjad Abu Alala (prix du meilleur scĂ©nario, compĂ©tition officielle).

Il y aura aussi la projection du film “Le Pardon”, oeuvre de Najoua Slema, pour rendre hommage Ă  cette rĂ©alisatrice et productrice disparue le 27 fĂ©vrier 2018, avant mĂŞme de finaliser le montage de son film. Cette fiction de 100′ sortie le 19 dĂ©cembre 2018 rĂ©unit un casting arabe composĂ©, notamment du Syrien Abed Fahd ainsi que Mohamed Ali Ben Jemaa et Saoussen Maalej de Tunisie.

Un programme spĂ©cial dĂ©diĂ© aux enfants est prĂ©vu dans les Ă©coles, au siège de l’Union Tunisienne d’Aide aux Insuffisants Mentaux (Utaim) d’El Hamma et au service de pĂ©diatrie de l’hĂ´pital El Hamma. Le festival touchera Ă©galement au milieu carcĂ©ral Ă  travers des projections prĂ©vues dans la prison civile de Gabès.

Le Centre culturel Eddar abritera un Masterclass avec l’acteur Mohamed Ali Ben Jemaa et des ateliers de formation animĂ©s par des formateurs professionnels, autour du maquillage artistique (Houssem Boussada), du court mĂ©trage d’une minute (Ahmed Jlassi) et de la photographie (Sofien Noichri). Dans le cadre d’un partenariat avec l’ISAM de Gabès, le mĂŞme espace abritera un atelier intitulĂ© “Visual” Mapping”.

Une journĂ©e sur le thème “Image et manipulation aura lieu Ă  l’ISAM de Gabès et prĂ©voit l’organisation de 4 rondes sur “Le cinĂ©ma entre la propagande active et la propagande dĂ©noncĂ©e”, “l’image photographique; une esthĂ©tique de manipulation technique”, “La publicitĂ© au cinĂ©ma; entre manipulation et sponsoring” et “L’apport de la manipulation sonore dans l’image audiovisuelle”.

Les JournĂ©es CinĂ©matographiques d’El Hamma proposent un cinĂ©ma qui traduit les questions de l’époque. Le festival se prĂ©sente comme Ă©tant “un espace qui Ĺ“uvre au dĂ©veloppement cinĂ©ma arabe et international dans le cadre du dialogue, de l’échange et de rĂ©seautage entre les professionnels du film”.

Ce genre de manifestations constitue un outil de promotion culturelle et touristique surtout que cette zone du Sud tunisien connue pour ses oasis et ses eaux thermales est une destination priviligiée pour les adeptes du tourisme alternatif.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close