La relance de l’économie exige une vision claire du processus politique (Samir Majoul)‎

&qout;Nous sommes tous responsables du sauvetage de la Tunisie, car la situation est très difficile. La relance de l’économie nationale exige une vision claire du processus politique dans le pays&qout…

“Nous sommes tous responsables du sauvetage de la Tunisie, car la situation est très difficile. La relance de l’économie nationale exige une vision claire du processus politique dans le pays”, a indiquĂ© le PrĂ©sident de l’UTICA, Samir Majoul.

Dans une dĂ©claration accordĂ©e Ă  la press,e Ă  l’issue des premières rencontres de Beit Al-Hikma Ă  Carthage, tenue sous la prĂ©sidence du Chef du Gouvernement, Hichem Mechichi, le prĂ©sident de l’Organisation patronale, a indiquĂ© que la loi Ă©lectorale et la loi sur les partis, ont donnĂ© naissance Ă  un parlement, dans lequel il n’y avait pas de majoritĂ© qui permette au gouvernement de diriger le pays et de travailler sur un programme de cinq ans. Il a proposĂ© Ă  cet Ă©gard, de rĂ©viser la loi Ă©lectorale, faisant remarquer que la situation actuelle a des rĂ©percussions nĂ©gatives sur le pays et sur l’investisseur, en plus la situation politique nuit Ă  l’image de la Tunisie, Ă  l’étranger notamment dans les pays voisins.

Cette première rĂ©union Ă  Beit El Hikma, s’inscrivant dans le cadre du lancement du plan de rĂ©forme Ă©conomique du gouvernement , visant Ă  faire face aux dĂ©fis Ă©conomiques et sociaux, a Ă©tĂ© marquĂ©e par la prĂ©sence du Chef du Gouvernement, Hichem Mechichi, du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Marouane Abbasi, du prĂ©sident de l’Union Tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), Samir Majoul, et du SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Union gĂ©nĂ©rale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi ainsi que de plusieurs acteurs Ă©conomiques.

Le Président de l’UTICA a précisé que les conflits de la classe politique ont fait que chacune des trois présidences (Parlement, Présidence de la République et présidence du Gouvernement) cherche à monopoliser le pouvoir.

Une telle situation a perturbĂ© l’investisseur, qui a perdu confiance en les politiciens, Ă  cause de l’instabilitĂ© politique, qui a eu des impacts nĂ©gatifs sur la situation Ă©conomique et sur le climat d’investissement.

Il a ajoutĂ© que “l’instabilitĂ© politique, qui se caractĂ©rise par une succession de gouvernements sur une courte pĂ©riode, explique la rĂ©ticence manifestĂ©e par l’investisseur Ă©tranger”, indiquant que “les bailleurs de fonds, exigent un consensus et une stabilitĂ© politique.” Majoul a soulignĂ© la volontĂ© de l’organisation patronale d’aider le pays, Ă  travers la conclusion d’un accord entre l’UTICA, le gouvernement et l’UGTT pour rĂ©flĂ©chir Ă  une vision permettant Ă  la Tunisie, d’obtenir des financements auprès des bailleurs de fonds .”

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close