L’UGTT condamne fermement l’agression subie par Abir Moussi‎

Les faits sont graves et dĂ©passent l’entendement. La scène est indescriptible par manque de mots. Sinon comment dĂ©crire ce comportement le moins qu’on puisse dire voyou d’un Ă©lu Ă  l&…

Les faits sont graves et dĂ©passent l’entendement. La scène est indescriptible par manque de mots. Sinon comment dĂ©crire ce comportement le moins qu’on puisse dire voyou d’un Ă©lu Ă  l’encontre d’une collègue. Il est vrai que l’impunitĂ© règne sous le dĂ´me du Bardo surtout pour les protĂ©gĂ©s du prĂ©sident du parlement.
Il n’Ă©chappe Ă  personne que le communiquĂ© rendu public après minuit  par Rached Ghannouchi dans lequel il a donnĂ© une vĂ©ritable rĂ©compense Ă  son protĂ©gĂ© en condamnant la violence verbale des dĂ©putĂ©s DĂ©mocrates. « Une rĂ©compense » dans la mesure oĂą Al Karam a Ă©tĂ© bien « docile » en accordant ses voix au gouvernement controversĂ© et remaniĂ© de Hichem Mechichi.
Sauf que la nouvelle agression d’Abir Moussi n’est pas passĂ©e sous silence et les condamnations ont fusĂ© de toute part.
Dans un communiquĂ© rendu public ce mercredi, l’UGTT a soulignĂ© que les violences se sont rĂ©pĂ©tĂ©es Ă  l’ARP, Ă  l’encontre de Abir Moussi notamment, sans qu’aucune dĂ©cision sĂ©rieuse ne soit prise par la prĂ©sidence du Parlement Ă  l’encontre des Ă©lus Al Karama.
Dans ce communiquĂ©, le bureau exĂ©cutif de la centrale syndicale, « après avoir pris connaissance de la vidĂ©o qui circule sur les rĂ©seaux sociaux, a fermement condamnĂ© l’agression subie ce matin du mercredi 27 janvier 2021, par la prĂ©sidente du PDL Abir Moussi, attaquĂ©e sous la coupole du Parlement par le prĂ©sident de la « coalition du terrorisme » Seif Eddine Makhlouf, rappelant que ces agressions Ă  l’encontre de la dĂ©putĂ©e se sont multipliĂ©es et ont touchĂ© d’autres  Ă©lus devant le silence, plutĂ´t la complicitĂ© de la prĂ©sidence de l’assemblĂ©e et certains blocs de la coalition gouvernementale qui ont placĂ© sur le mĂŞme pied d’Ă©galitĂ© la victime et le bourreau. »
La centrale syndicale fait porter « la responsabilitĂ© de la dĂ©gradation de la situation, Ă  l’ARP et dans le pays tout entier, Ă  Rached Ghannouchi et Ă  Ennahdha, appelant les dĂ©putĂ©s Ă  se dresser contre la violence qui sĂ©vit au Parlement et met en garde Ă  nouveau contre le rĂ´le « de milice » jouĂ© par Al Karama pour harceler les dĂ©putĂ©s et inciter Ă  la haine contre les mĂ©dias, la sociĂ©tĂ© civile et tous ceux qui ne partagent pas ses positions, notamment lorsque ils ont profitĂ© de la sĂ©ance de vote confiance au remaniement ministĂ©riel pour s’attaquer aux syndicalistes et inciter Ă  s’en prendre Ă  eux ».
Pour sa part l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a condamné, dans  l’agression dont a été victime l’élue du PDL, Abir Moussi, au sein même du Parlement.
L’ATFD a qualifié l’agression, perpétrée par Seif Eddine Makhlouf, de « criminelle » et a appelé le ministère public a intervenir.
Abir Moussi a été agressée sous le dôme du Bardo par un Seif Eddine Makhlouf hors de lui, qui lui a arraché son téléphone des mains et l’a traitée de tous les noms.
Ghannouchi va-t-il encore une fois faire en sorte que son protégé reste impuni?
Il y va de la crĂ©dibilitĂ©, si elle en bĂ©nĂ©ficie encore, de l’assemblĂ©e des reprĂ©sentants du peuple.
Pauvre peuple, je te plains, assume tes choix.

 

Categories
Source
realites

Articles similaires

Back to top button
Close
Close