L’ATFD porte les violences faites à la femme tunisienne devant les Nations unies‎

L’Association tunisienne des femmes dĂ©mocrates (ATFD) accuse les autoritĂ©s actuelles, dans une lettre adressĂ©e lundi 8 mars 2021 Ă  la Rapporteuse spĂ©ciale des Nations unies sur la violence contr…

L’Association tunisienne des femmes dĂ©mocrates (ATFD) accuse les autoritĂ©s actuelles, dans une lettre adressĂ©e lundi 8 mars 2021 Ă  la Rapporteuse spĂ©ciale des Nations unies sur la violence contre les femmes, ses causes et ses consĂ©quences, Dubravka imonovi,
de pratiquer la violence, d’être impliquées avec ses auteurs et de ne pas appliquer les lois la concernant, notamment la loi N° 58 de 2017.

Dans la lettre, l’association a mis le point sur l’augmentation de la violence contre les femmes, en particulier les militantes fĂ©ministes et les parlementaires, considĂ©rant que le système de gouvernement en Tunisie encourage l’impunitĂ©, ce qui a fourni, selon elle, un environnement propice Ă  la violence.

Ce message intervient suite Ă  ce que l’association a considĂ©rĂ© comme un manquement par l’Etat Ă  ses obligations en matière de prĂ©vention et de protection des victimes de violences, ainsi que le dĂ©saveu flagrant de sa responsabilitĂ© pour mettre un terme Ă  l’impunitĂ© des agresseurs.

L’association dĂ©nonce Ă©galement la violence exercĂ©e de la part de la coalition ” Al Karama ” contre des dĂ©putĂ©s femmes dont Samia Abbou et Abir Moussi, ainsi que la violence exercĂ©e par un dĂ©putĂ© du mouvement Ennahdha contre des manifestantes devant le Parlement.

L’association a aussi mis en garde contre la vague d’arrestation de plusieurs jeunes ayant participé à des mouvements de protestation dont notamment Rania Amdouni condamnée à 6 mois de prison ferme.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close