Environnement: La CNUCED actualise ses directives pour promouvoir un commerce respectueux de la biodiversité‎

La CNUCED vient d’annoncer l’actualisation des principes et critères du programme &qout;BioTrade&qout;, un ensemble de directives Ă  l’intention des gouvernements et des entreprises p…

La CNUCED vient d’annoncer l’actualisation des principes et critères du programme “BioTrade”, un ensemble de directives Ă  l’intention des gouvernements et des entreprises pour un commerce respectueux de la biodiversitĂ©, dans l’objectif de rĂ©pondre aux dĂ©fis et prioritĂ©s actuelles et futures.

Le terme “BioTrade” dĂ©signe, en effet, la fourniture et la commercialisation de biens et de services issus de la biodiversitĂ© d’un pays. Les directives BioTrade, Ă©tablies en 2007, dĂ©finissent la manière de commercialiser durablement, les prĂ©cieuses ressources naturelles de la Terre sur les plans environnemental, social et Ă©conomique.

Les sept principes traitent des questions telles que la conservation, la restauration et l’utilisation durable de la biodiversitĂ©, le partage Ă©quitable des profits tirĂ©s du BioTrade entre les diffĂ©rents acteurs et le respect des droits des populations autochtones comme des communautĂ©s locales.

Le commerce mondial lĂ©gal d’espèces sauvages s’Ă©lève Ă  plusieurs milliards de dollars. Il contribue Ă  une destruction accĂ©lĂ©rĂ©e de la biodiversitĂ©. Les experts des Nations Unies estiment qu’un million d’espèces vĂ©gĂ©tales et animales sont aujourd’hui, menacĂ©es d’extinction. Le problème n’est pas seulement l’effondrement des Ă©cosystèmes. Il faut aussi envisager un risque accru de nouvelles pandĂ©mies telles que celle de la COVID-19.

Les principes et critères tels qu’actualisĂ©s tiennent compte des expĂ©riences, des meilleures pratiques et des leçons tirĂ©es par les partenaires et les acteurs de terrain depuis leur première Ă©dition, tout en intĂ©grant de nouveaux aspects tels que la rĂ©silience climatique, la biodiversitĂ© marine et le tourisme durable.

Ils permettent également, une mise à niveau des droits des travailleurs, incorporant les questions de santé et de sécurité, ainsi que de répartition des bénéfices dans le cadre du Protocole de Nagoya ( Accord international sur la biodiversité).

Cet ensemble de principes et critères vise Ă  encourager le commerce et l’investissement dans l’exploitation de ressources naturelles uniques, dans les pays en dĂ©veloppement. Il s’agit notamment, de diverses espèces de la flore et de la faune, des ressources gĂ©nĂ©tiques et des Ă©cosystèmes, tout en assurant leur conservation et leur valorisation Ă  long terme.

A ce jour, ils ont Ă©tĂ© mis en Ĺ“uvre dans plus de 65 pays parmi lesquels on compte plusieurs exemples d’adoption rĂ©ussie de cet ensemble, effectuĂ©e conjointement par les gouvernements, les entreprises et les communautĂ©s.

Les principes et les critères ont Ă©tĂ© mis Ă  jour dans le cadre du programme mondial BioTrade lancĂ© par la CNUCED en 2018, avec le soutien du secrĂ©tariat d’Etat suisse Ă  l’Economie (SECO). Ils sont ainsi plus Ă©troitement alignĂ©s sur les principaux accords multilatĂ©raux sur l’environnement, comme la Convention sur la diversitĂ© biologique (CDB) et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacĂ©es d’extinction (CITES).

Ils sont Ă©galement conformes Ă  l’Agenda 2030 des Nations unies pour le dĂ©veloppement durable, Ă  l’Accord de Paris sur le climat et au Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources gĂ©nĂ©tiques et au partage des bĂ©nĂ©fices qui dĂ©coulent de leur exploitation.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close