Covid-19 : L'IATA lance un SOS pour sauver l'aviation tunisienne‎

L’Association du transport aĂ©rien international (IATA) demande le gouvernement tunisien Ă  fournir d’urgence des mesures d’aide financière Ă  l’industrie aĂ©ronautique du pays afi…

L’Association du transport aĂ©rien international (IATA) demande le gouvernement tunisien Ă  fournir d’urgence des mesures d’aide financière Ă  l’industrie aĂ©ronautique du pays afin d’attĂ©nuer les effets de la crise de la Covid-19 sur l’Ă©conomie du pays.

L’IATA estime que les revenus gĂ©nĂ©rĂ©s par les compagnies aĂ©riennes sur le marchĂ© tunisien chuteront de 0,6 milliard de dollars en 2020, soit 47% en dessous des niveaux de 2019. Cela met en pĂ©ril 92 700 emplois tunisiens et 1,2 milliard de dollars du PIB tunisien, qui sont gĂ©nĂ©rĂ©s par l’aviation et sa chaĂ®ne d’approvisionnement ainsi que par le tourisme dĂ©pendant du transport aĂ©rien.

Muhammad Albakri, vice-prĂ©sident rĂ©gional de l’IATA pour l’Afrique et Moyen-Orient, explique pourquoi son organisation lance cet appel au gouvernement : «L’Ă©conomie tunisienne est fortement dĂ©pendante du tourisme. Le transport aĂ©rien est essentiel pour assurer la connectivitĂ© et soutenir le tourisme, qui est un moteur Ă©conomique clĂ© pour le pays. Le gouvernement a introduit de larges mesures d’allègement fiscal, mais Ă©tant donnĂ© le rĂ´le central que le transport aĂ©rien et le tourisme jouent dans l’Ă©conomie tunisienne, une attention particulière doit ĂŞtre accordĂ©e Ă  la fourniture d’allĂ©gements spĂ©cifiques Ă  l’aviation».

Dans ces conditions l’IATA estime que le gouvernement devait envisager des mesures d’allègement financier spĂ©cifiques Ă  l’aviation pour s’assurer que le secteur sera apte Ă  conduire la reprise.

Il peut s’agir de tout ou partie des Ă©lĂ©ments suivants:

  1. Soutien financier direct aux transporteurs de passagers et de fret
  2. AllĂ©gement financier sur les redevances et taxes d’aĂ©roport et de contrĂ´le du trafic aĂ©rien (ATC)
  3. Réduction, annulation ou report des taxes et frais imposés par le gouvernement.

«Alors que nous envisageons de redĂ©marrer l’industrie, nous appelons le gouvernement Ă  fournir les secours nĂ©cessaires pour assurer une reprise en douceur et rapide des secteurs du transport aĂ©rien et du tourisme, car ils sont des moteurs clĂ©s de l’Ă©conomie tunisienne. Nous comptons Ă©galement sur le gouvernement tunisien pour faciliter l’accĂ©lĂ©ration de la mise en Ĺ“uvre et de la modernisation nĂ©cessaires des programmes et mĂ©canismes de distribution des compagnies aĂ©riennes dans le secteur du transport aĂ©rien. Permettre la modernisation Ă  travers divers processus se traduira par une reprise plus rapide et une plus grande compĂ©titivitĂ© pour le marchĂ© tunisien qui a toujours Ă©tĂ© l’un des principaux pays du tourisme en Afrique et au Moyen-Orient», a dĂ©clarĂ© Albakri.

Reste maintenant Ă  savoir si Fakhfakh et son gouvernement vont donner suite Ă  cette demande de l’IATA. Car ce n’est pas gagnĂ©, sinon pourquoi attendre de l’IATA un appel de sauvetage de l’aviation tunisienne, en gĂ©nĂ©ral, de Tunisair, en particulier?

A suivre.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close