Coronavirus : L'appel au secours du secteur aéronautique africain‎

L’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) appelle les gouvernements africains à envisager des mesures de compensation pour les pertes inévitables causées par le Coronavirus (COVID-19) …

L’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) appelle les gouvernements africains à envisager des mesures de compensation pour les pertes inévitables causées par le Coronavirus (COVID-19) qui met à mal le secteur de l’aéronautique et l’économie mondiale tout entière.

Dans un communiqué publié, vendredi, cette association professionnelle représentants les compagnies aériennes originaires d’Afrique recommande, également, l’allègement des coûts exogènes d’exploitation et la subvention des compagnies aériennes dans le but de garantir la survie de l’industrie. ” La demande de transport aérien a été négativement affectée par la pandémie du COVID-19, qui a entraîné des pertes pour les compagnies aériennes en raison de changements d’horaires importants, de restrictions et d’annulations de voyage “, souligne la même source.

L’AFRAA recommande vivement aux compagnies aériennes africaines d’exhorter leurs parties prenantes à élaborer une stratégie de réponse proactive globale qui traite de l’impact négatif du COVID-19 sur leurs activités afin de s’assurer que les compagnies aériennes se redressent efficacement pour soutenir les secteurs économiques clés “, a déclaré Abderahmane Berthé, Secrétaire général de l’AFRAA.

Et d’ajouter que L’AFRAA se retrouve en première ligne avec ses membres et l’ensemble du secteur de l’aéronautique, pour promouvoir les efforts collaboratifs visant à conjurer et contenir la pandémie.

” L’AFRAA continue de suivre étroitement l’évolution de la pandémie et publie régulièrement des bulletins pour informer les parties prenantes de la situation qui prévaut. Ces bulletins hebdomadaires sont destinés aux compagnies aériennes membres dans le but, non seulement de les aider à juguler l’impact du COVID-19, et également partager certaines recommandations et meilleures pratiques “, a-t-il encore précisé.

Selon l’IATA (Association du Transport Aérien International), le volet exploitation des passagers de l’ensemble du secteur mondial du transport aérien, est censé perdre des revenus de l’ordre de 63 milliards à 113 milliards de dollars en 2020, bien qu’on ne dispose pas de données fiables pour évaluer l’impact sur les opérations de fret aérien.

Les prévisions de croissance mondiale du PIB en termes réels, indiquent cette année, un déclin en deçà du seuil de 2,5% selon la revue Economist Intelligence Unit. Dans la probabilité où le virus resterait incontrôlé, l’impact économique serait plus profond et plus persistant.

L’Association des compagnies aériennes africaines, connue également sous le sigle de l’AFRAA, est une organisation professionnelle des compagnies aériennes des Etats membres de l’Union africaine (UA). Créée à Accra, Ghana en avril 1968, elle a son siège à Nairobi, Kenya.

Sa mission vise à promouvoir, à servir les compagnies aériennes africaines et à défendre les intérêts du secteur africain de l’aéronautique. L’AFRAA compte parmi ses membres, 45 compagnies aériennes originaires du continent, dont le transporteur national Tunsiair.
Les membres de l’Association représentent plus de 85% de l’ensemble du trafic international assuré par des compagnies aériennes africaines.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close