Banque mondiale : L’amélioration de la transparence est essentielle, pour résister aux chocs, investir dans la croissance au Moyen-Orient et en Afrique du Nord‎

La transparence sur les questions Ă©conomiques critiques, comme la dette publique et l’emploi, sera un Ă©lĂ©ment dĂ©terminant pour stimuler la croissance et renforcer la confiance dans les instituti…

La transparence sur les questions Ă©conomiques critiques, comme la dette publique et l’emploi, sera un Ă©lĂ©ment dĂ©terminant pour stimuler la croissance et renforcer la confiance dans les institutions publiques, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, indique le dernier bulletin d’information Ă©conomique de la rĂ©gion publiĂ© jeudi, par la Banque mondiale.

Le besoin d’une plus grande transparence survient alors que la rĂ©gion MENA est confrontĂ©e Ă  un double choc sans prĂ©cĂ©dent associĂ© Ă  la pandĂ©mie de COVID-19 (coronavirus) et Ă  l’effondrement des prix du pĂ©trole. Ces chocs ralentissent davantage la croissance Ă©conomique dĂ©jĂ  faible dans la rĂ©gion, une faiblesse attribuable en partie au manque de transparence des donnĂ©es.

Le nouveau rapport intitulĂ© ” Importance de la transparence pour la rĂ©gion Moyen-Orient et Afrique du Nord ” montre que les estimations de coĂ»ts de la crise actuelle sont fluctuantes, car il est difficile de prĂ©dire comment l’économie mondiale, les politiques nationales et les sociĂ©tĂ©s de manière gĂ©nĂ©rale rĂ©agiront Ă  la propagation de la pandĂ©mie. Par consĂ©quent, ces estimations peuvent varier en quelques jours.

Le rapport montre par exemple, comment la propagation du COVID-19, associée à l’effondrement des prix du pétrole, modifie les prévisions de croissance du secteur privé et de la Banque mondiale pour 2020.

En effet, les prévisions du 1er avril dernier pour la région MENA donnaient à penser que ces deux chocs coûteraient environ 3,7% du PIB régional pour 2019 (soit approximativement 116 milliards de dollars), alors qu’on annonçait 2,1% pas plus tard que le 19 mars.

“Plus que toute autre rĂ©gion du monde, la rĂ©gion MENA est secouĂ©e par deux chocs distincts, quoique liĂ©s, Ă  cause de la propagation du nouveau coronavirus et de l’effondrement des prix du pĂ©trole.

La Banque mondiale ne mĂ©nage aucun effort pour aider les pouvoirs publics Ă  surmonter ces chocs et ne pas faire de laissĂ©s-pour-compte”, dĂ©clare Ferid Belhaj, vice-prĂ©sident de la Banque mondiale pour la rĂ©gion Moyen-Orient et en Afrique du Nord. “Mais pour redonner espoir Ă  nos citoyens, nous devons apprendre et changer. Dans toute la rĂ©gion, la transparence peut aider Ă  assurer la croissance et renforcer la confiance dans les annĂ©es et les dĂ©cennies Ă  venir”.

Selon le nouveau rapport, la pandémie de COVID-19 plombe les économies de la région MENA de quatre manières: détérioration de la santé publique, baisse de la demande mondiale de biens et services de la région; recul de l’offre et la demande intérieures en raison de l’application de mesures de distanciation sociale?; et surtout, chute des prix du pétrole. L’effondrement des cours du pétrole est ressenti directement par les exportateurs et indirectement par les importateurs de ce produit en raison de la réduction des envois de fonds, des investissements et des flux de capitaux dans la région.

Le rapport recommande que les pays interviennent en adoptant deux démarches parallèles: faire face à l’urgence sanitaire et au ralentissement économique associé; et commencer à adopter des réformes porteuses de transformations et sans incidence majeure sur le budget, notamment en ce qui concerne la transparence de la dette et la restructuration des entreprises publiques.

“En investissant immĂ©diatement, dans la transparence, la rĂ©gion va pouvoir sortir du cycle vicieux de la mĂ©fiance et du manque de responsabilitĂ© de l’Etat”, affirme Rabah Arezki, Ă©conomiste en chef de la Banque mondiale pour la rĂ©gion Moyen-Orient et Afrique du Nord.

En plus d’estimer les effets de ces chocs rĂ©cents, le rapport examine les dĂ©fis qui interpellent la rĂ©gion tout entière et qui sont antĂ©rieurs Ă  la crise – plus particulièrement celui de la faible croissance.

Les auteurs estiment que si la production par habitant dans la région avait progressé au même rythme que celle d’économies typiques comparables durant les deux dernières décennies, son PIB réel par habitant serait au moins 20?% plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui. Le rapport fait valoir que la faible croissance dans la région MENA est en due, pour une grande part, au manque de transparence.

En effet, cette rĂ©gion est la seule au monde Ă  avoir connu une baisse de sa capacitĂ© statistique et de la transparence depuis 2005. Selon Daniel Lederman, Ă©conomiste en chef adjoint de la Banque mondiale et chef de l’équipe de rĂ©daction du rapport, “la baisse de la transparence dans la rĂ©gion MENA entre 2005 et 2018, pourrait avoir entraĂ®nĂ© une perte de PIB par habitant comprise entre 7 et 14?%”.

Le rapport met en exergue deux domaines dans lesquels le manque de transparence peut entraver la réalisation d’analyses crédibles sur des sujets importants. En effet, le manque de transparence empêche la réalisation d’analyses crédibles sur la viabilité de la dette de la région MENA, qui sera un sujet important à examiner après la crise.

Les pays de la région appliquent des normes très variables en matière de communication des données de la dette, et les économistes de la Banque mondiale et d’autres analystes externes n’ont pas accès à des informations vitales sur de nombreux types de dettes publiques.

Par ailleurs, les pays de la région utilisent diverses définitions de l’emploi, qui laissent planer un doute sur les indicateurs du chômage et de l’emploi informel, et ne sont guère harmonisées entre ces pays et avec les normes internationales, ce qui complique les analyses de l’emploi informel et du chômage.

Le 2 avril, la Banque mondiale a annoncé une première augmentation des ressources mobilisées en faveur des pays de la région. Le Groupe de la Banque mondiale met en place des mesures rapides et à grande échelle pour aider les pays en développement à renforcer leurs moyens de lutte contre la pandémie, accroître la surveillance épidémiologique, améliorer les interventions de santé publique et aider le secteur privé à continuer à fonctionner et préserver les emplois.

Il va mettre à disposition jusqu’à 160?milliards de dollars d’aide financière durant les 15 prochains mois afin de permettre aux pays de protéger les ménages démunis et vulnérables, de soutenir les entreprises et de redresser leurs économies.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close