[La Tunisie qui gagne] Startup : Prévoir les résultats des élections grâce aux algorithmes textuels‎

La technologie est une route qui mène vers l’absolu. Personne n’y échappe. Elle est omniprésente dans notre quotidien et comprend nos choix. Aujourd’hui l’intelligence artificielle est en train de mét…

La technologie est une route qui mène vers l’absolu. Personne n’y échappe. Elle est omniprésente dans notre quotidien et comprend nos choix. Aujourd’hui l’intelligence artificielle est en train de métamorphoser le politique au niveau de l’organisation institutionnelle de la société et des rapports de force entre différents acteurs sociopolitiques.

Grâce aux algorithmes mis en place, on peut même aller jusqu’à orienter les choix des électeurs et concevoir des discours politiques à la carte.

On peut également identifier les choix des électeurs lors des élections et leurs orientations politiques. iCompass en a eu la preuve lors des élections présidentielles et législatives de 2019. «Nous avons voulu voir comment le Tunisien se comportait, et nous avons capté tous les nuages des commentaires, nous explique Ahmed Nouisser. Le Tunisien aime écrire et commenter. Il est prolifique».

Les ingénieurs iCompass ont mis en place des sondes, et ont sorti les commentaires. Ils ont pu comprendre 3 mois à l’avance ce qui allait se passer. Ils savaient qu’Ennahdha serait le premier parti mais minoritaire, et que Qalb Tounes le talonnait. Un mois à l’avance, ils avaient les résultats à quelques sièges près.

En fait, ils ont conçu des algorithmes, soit des modèles mathématiques qui captent les contenus rédactionnels et font sortir des prévisions à 95% correctes.

«A partir du moment où on maîtrise le texte, on peut en faire ce qu’on veut. On peut mesurer la réputation, prévoir les attaques sur le digital et concevoir un système qui va dialoguer, un texte to texte».

Aujourd’hui à iCompass, on travaille sur une autre bataille. Il s’agit de faire en sorte que le texte soit rédigé à partir d’une voix et soit transcris et lu en dialectal. «C’est-à-dire je parle à une machine qui transcrit directement en dialectal tunisien, par exemple un livre de Tahar Fazaa que je mets en mode play dans une application et le système le lit en tunisien dialectal ».

Le monde de demain nous réserve plus de surprises en rapport avec l’intelligence artificielle. Les relations entre l’être et la machine, le vivant et le robot, joueront un grand rôle dans l’histoire de l’humanité. Aujourd’hui, en modélisant les pensées, on oriente des choix déterminants dans l’avenir des peuples.

A.B.A

Lire aussi [La Tunisie Qui Gagne] Startup : «Grâce à nos softwares, la langue n’est plus un handicap», assure Ahmed Nouisser d’iCompass

Plus sur [La Tunisie Qui Gagne]

الأنشطة
المصدر
webmanagercenter

مقال مماثلة

Back to top button
Close
Close