Tunisie – Un haut conseil de la sûreté de l’Etat hors norme où tous les coups étaient permis‎

Le prĂ©sident de la RĂ©publique a tenu, ce lundi, une rĂ©union du haut conseil de la sĂ»retĂ© de l'Etat, dans un contexte de tension extrĂŞme qui tiraille les trois tĂŞtes de l'Etat. Cette rĂ©union …

Le président de la République a tenu, ce lundi, une réunion du haut conseil de la sûreté de l’Etat, dans un contexte de tension extrême qui tiraille les trois têtes de l’Etat.

Cette réunion a été, à tous les titres, hors norme. Le président de la République a « convoqué », il n’y a pas d’autres termes pour le décrire, le chef du gouvernement, ainsi que le président de l’ARP, et les a mis face à des inquisiteurs qu’il a invité pour la circonstance. Des personnes qui n’avaient aucune raison d’être là, quand on sait qu’il allait être question du remaniement ministériel.

Saïed a, en effet, « pris la liberté », d’inviter au haut conseil, Les présidents de la cour des comptes et du tribunal administratif. Il a, aussi, invité Samia Abbou, députées à l’ARP… Comme il a placé autour de sa table, bon nombre des ministres dont Mechichi avait décidé de se passer, à savoir, Thouraya Jribi, Mohamed Boussetta, ministre partant de la justice, ainsi que le ministre de la santé.

La tension était extrême, et est devenue ingérable quand Thouraya Jribi et Mohamed Boussetta ont été autorisés à sermonner Mechichi devant la présence. La tension était devenu tellement ingérable que Mechichi et Ghannouchi ont appelé à la levée de la séance, et ont quitté précocement les lieux.

Ce qui s’est passé aujourd’hui est caricatural, car la tension et les querelles entre les trois présidents semblent en complet décalage avec ce qui se passe dans la rue tunisienne, et avec la souffrance des tunisiens, sur tous les plans, et essentiellement, ceux de l’économie et de la santé.

Une guerre pour le pouvoir à la tête d’un Etat qui est en pleine déliquescence. Une guerre sans pitié et sans aucune espèce d’utilité, puisqu’il n’y aura, bientôt, plus rien à se bagarrer pour lui. Une guerre, alors que le temps devrait être à l’apaisement, au retour  à la raison, et à se pencher et s’entraider pour sauver ce qui reste de cet Etat au chapitre de la mort.

Categories
Source
tunisienumerique

Articles similaires

Back to top button
Close
Close